Textes & Poèmes



Retour à la liste des textes & poèmes LE VOILIER
Imprimer
Le voilier

Je suis debout au bord de la plage,
Un voilier passe dans la brise du matin
et part vers l'océan.
Il est la beauté, il est la vie.
Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse
à l'horizon.
Quelqu'un dit à mon côté : "Il est parti"
Parti vers où ?
Parti de mon regard, c'est tout.
Son mât est toujours aussi haut,
Sa coque a toujours la force
de porter sa charge humaine.
Sa disparition totale de ma vue est en moi,
pas en lui.
Et juste au moment où quelqu'un
près de moi dit : "il est parti",
Il y en a d'autres qui,
le voyant poindre à l'horizon
et venir vers eux s'exclament avec joie :
"Le voilà !"

C'est cela,
La mort.

William Blater


Retour à la liste des textes & poèmes LE VOYAGE
Imprimer
Le voyage

J'ai commencé un grand voyage,
à travers l'éternité,
avec mon âme comme seul bagage
pour accomplir ma destinée

J'ai perdu ma forme humaine,
pas mon identité.
Et comme avant auprès de vous,
je continue à vous aimer.

Je ne suis pas solitaire,
ni perdue ni délaissée.
J'ai simplement quitté la terre;
une autre vie a commencé.

Pour surmonter ce vide,
laissez parler vos sentiments
Je sècherai vos visages humides
car je serai toujours présente.


Retour à la liste des textes & poèmes NE PLEURE PAS SI TU M'AIMES
Imprimer
Ne pleure pas si tu m'aimes

Si tu savais le don de Dieu et ce qu'est le Ciel !
Si tu pouvais d'ici, entendre le chant des Bienheureux,
et me voir au milieu d'eux !et
Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux
les immenses horizons et les nouveaux sentiers où je marche !
Si, un instant, tu pouvais contempler comme moi la Beauté
devant laquelle toutes les beautés pâlissent !
Quoi... ? Tu m'as vu... tu m'as aimé dans le pays des ombres
et tu ne pourrais ni me revoir, ni m'aimer
dans le pays des immuables réalités ?
Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens,

comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient,
et quand, un jour que Dieu seul connaît et qu'il a fixé,
ton âme viendra dans le ciel où l'a précédée la mienne...
Ce jour-là, tu me reverras et tu retrouveras mon affection purifiée.
A Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse,
je sois infidèle aux souvenirs et aux vraies joies
de mon autre vie et sois devenu moins aimant !
Tu me reverras donc, transfiguré dans l'extase et le bonheur,
non plus attendant la mort,
mais avançant d'instant en instant,
avec toi, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie !
Alors... essuie tes larmes et ne pleure plus... si tu m'aimes !

Saint Augustin


Retour à la liste des textes & poèmes LETTRE DE L'EVEQUE D'ANGERS
Imprimer
Lettre de l'évêque d'Angers

La grande et triste erreur de quelques-uns, c'est de s'imaginer que ceux que la mort emporte nous quittent :

ils ne nous quittent pas, ils restent.

Où sont-ils ? Dans l'ombre ? Oh non, c'est nous qui sommes dans l'ombre. Eux, sont à côté de nous, sous le voile, plus présents que jamais. Nous ne les voyons pas, parce que le nuage obscur nous enveloppe, mais eux nous voient. Ils tiennent leurs beaux yeux pleins de lumière arrêtés sur nos yeux pleins de larmes.

Ô consolation ineffable, les morts sont des invisibles, ce ne sont pas des absents. J'ai souvent pensé à ce qui pourrait le mieux consoler ceux qui pleurent. Voici : c'est la foi en cette présence réelle et ininterrompue de nos morts chéris ; c'est l'intuition claire, pénétrante, que, par la mort, ils ne sont ni éteints, ni éloignés, ni même absents, mais vivants près de nous, heureux, transfigurés, et n'ayant perdu, dans ce changement glorieux, ni une délicatesse de leur âme, ni une tendresse de leur coeur, ni une préférence de leur amour, mais ayant au contraire, dans ces profonds et doux sentiments, grandi de cent coudées.

La mort, pour les bons, est la montée éblouissante dans la lumière, dans la puissance et dans l'amour.

Monseigneur Bougeaud
Évêque d'Angers


Retour à la liste des textes & poèmes PRIERE AMERINDIENNE
Imprimer
Prière amérindienne

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Car j'ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m'avez apporté !
Je vous remercie pour l'amour que chacun m'a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et la vie continue !
Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !

Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là,
Et si vous écoutez votre coeur, vous sentirez clairement
La douceur de l'amour que j'apporterai !
Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !

Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d'automne,
Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l'étoile qui brille dans la nuit !
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.


Retour à la liste des textes & poèmes DES PAS SUR LE SABLE
Imprimer
Des pas sur le sable

Un jour un homme arriva au paradis et demanda à Dieu s'il pouvait revoir sa vie, aussi bien les joies que les moments difficiles...et Dieu le lui accorda.

Il lui fit voir toute sa vie comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable et comme si lui, l'homme, se promenait le long de cette plage.

L'homme vit que le long du chemin il y avait quatre empreintes de pas dans le sable, les siennes et celles de Dieu.

Mais dans les moment difficile, il n'y en avait plus que deux...

Très surpris et même peiné, il dit à Dieu: " Je vois que c'est dans les moments difficiles que Tu m'as laissé seul ".

" Mais non ! lui répondit Dieu. Si tu ne vois qu'une seule trace de pas dans les moments difficiles, c'est parce qu'alors...

Je te portais dans mes bras... "

Poème d'Adémar de Barros, poète brésilien


Retour à la liste des textes & poèmes LES TAMIS DE SOCRATE
Imprimer

Les tamis de Socrate

On rapporte que Socrate recevait une personne qui désirait s'entretenir avec lui de la conduite d'un de ses amis...

Avant qu'il ne commence à parler, Socrate s'enquit si son visiteur avait passé aux trois tamis ce qu'il venait lui dire.

Ce dernier, étonné, et ne sachant pas très bien ce qu'il entendait par là lui répondit par la négative.

Le sage lui demanda s'il avait passé son information au premier tamis, c'est-à-dire s'il avait contrôlé comme vraie la confidence qu'il se proposait de lui faire. Piteusement, il répondit qu'il s'agissait de propos qui lui avait été rapportés...

Socrate lui posa une deuxième question : "L'as-tu fait passer au moins au tamis de la bonté ? Est-ce quelque chose de bon ?" Gêné, le visiteur convint que ce n'était pas vraiment le cas.

"Ton propos se voulait quand même utile ?", insista le maître - ce qui correspondait au troisième tamis. Mais, là non plus, le visiteur ne put que marmonner quelque chose comme "Pas vraiment !"

Le sage regarda son visiteur de moins en moins à l'aise et lui dit fermement : "Si ce que tu as à me dire n'est ni vrai, ni bon ,ni utile, je préfère ne pas le savoir et toi, tu devrais bien vite l'oublier." Après l'avoir salué, il reprit une de ses méditations habituelles.


Retour à la liste des textes & poèmes TEXTE TROUVE SUR UNE PETITE SOEUR TUEE EN ALGERIE LE 10 NOVEMBRE 1995
Imprimer



Vis le jour d'aujourd'hui, Dieu te le donne, il est à toi, vis le en Lui.

Le jour de demain est à Dieu, il ne t'appartient pas.

Ne porte pas sur demain le souci d'aujourd'hui.
Demain est à Dieu : remets le Lui.

Le moment présent est une frêle passerelle : si tu le charges de regrets d'hier, de l'inquiétude de demain, la passerelle cède et tu perds pied.

Le passé ? Dieu le pardonne.
L'avenir, Dieu le donne.
Vis le jour d'aujourd'hui en communion avec Lui.


Retour à la liste des textes & poèmes MERE TERESA - LA VIE
Imprimer



La vie est une chance, saisis-la
La vie est beauté, admire-la
La vie est une béatitude, savoure-la
La vie est un défi, fais-lui face
La vie est un devoir, accomplis-le
La vie est précieuse, prends-en soin
La vie est une richesse, conserve-la
La vie est amour, jouis-en
La vie est un mystère, perce-le
La vie est une promesse, remplis-la
La vie est tristesse, surmonte-la
La vie est un hymne, chante-le
La vie est un combat, accepte-le
La vie est une tragédie, prends-la à bras le corps
La vie est une aventure, ose-la
La vie est un bonheur, mérite-le
La vie est la vie, défends-la.

Mère Térésa


Retour à la liste des textes & poèmes L'ANE
Imprimer
L'ane

Un jour, l'âne d'un fermier est tombé dans un puits.
L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures,
et le fermier se demandait quoi faire.
Finalement, il a décidé que l'animal était vieux
et le puits devait disparaître de toute façon,
ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.

Il a invité tous ses voisins à venir et à l'aider.
Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer le puits.

Au début, l'âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement.
Puis, à la stupéfaction de chacun, il s'est tu.

Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement
regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu'il a vu.
Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui,
l'âne faisait quelque chose de stupéfiant.
Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.

Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal,
il se secouait et montait dessus.
Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne soit hors du puits et se mit à trotter !

La vie va essayer de t'engloutir de toutes sortes de difficultés.
Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer.

Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser.
Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais...
Il ne faut jamais abandonner!
Secoue-toi et fonce!

Rappelle-toi, les cinq règles simples à ne jamais oublier,
Surtout dans les moments les plus sombres.

Pour être heureux :

1. Libère ton coeur de la haine.
2. Libère ton esprit des inquiétudes.
3. Vis simplement.
4. Donne plus.
5. Attends moins.


Retour à la liste des textes & poèmes IL N'Y A PAS DE RELIGION PLUS GRANDE QUE LA VERITE
Imprimer
Il n'y a pas de religion plus grande que la vérité

Dans une discussion sur la religion et la liberté dans laquelle le Dalaï Lama et Léonardo Boff participaient, celui-ci posa, un peu malicieusement, lors d'un temps libre, une question qui lui semblait très importante :

« Sa Sainteté, selon vous, quelle est la meilleure religion ? »
(Le théologien pensait que le Dalaï Lama répondrait « Le Bouddhisme tibétain ou les religions orientales beaucoup plus vieilles que le Christianisme. »)

Le Dalaï Lama s'arrêta, et en souriant et en le regardant droit dans les yeux lui répondit :
« La meilleure religion est celle qui te rapproche de Dieu. C'est celle qui fait de toi une meilleure personne. »

Devant une réponse si pleine de sagesse, le théologien demanda alors : « Qu'est ce qui nous rend meilleur ? »
Le Dalaï Lama répondit : « Tout ce qui te remplit de compassion, te rend plus sensible, plus détaché, plus aimable, plus humain, plus responsable, plus respectueux de l'éthique. La religion qui fera tout cela pour toi, c'est la meilleure religion. » Et il ajouta :
« Mon ami, je ne suis pas intéressé de savoir si tu es religieux ou pas... Pour moi, ce qui est important, c'est la façon dont tu agis avec les autres, ta famille, tes collègues de travail, ta communauté, et devant tout le monde.
Rappelle-toi que l'univers est l'écho de nos actions et de nos pensées ».

« La loi de l'action et réaction n'est pas exclusive à la physique. Il s'agit aussi de nos actions humaines. Si j'agis avec bonté, je recevrai de la bonté.
Si j'agis avec méchanceté, je recevrai de la méchanceté. Tu recevras toujours ce que tu souhaites aux autres. Etre heureux n'est pas une affaire de destin, c'est une affaire d'option et de choix. »


Finalement il a dit :

« Prends soin de tes pensées parce qu'elles deviendront des MOTS.
Prends soin de tes mots parce qu'ils deviendront des ACTIONS.
Prends soin de tes actions parce qu'elles deviendront des HABITUDES.
Prends soin de tes habitudes parce qu'elles formeront ton CARACTERE.
Prends soin de ton caractère parce qu'il formera ton DESTIN,
Et ton destin sera ta VIE. »


Bref dialogue entre Leonardo Boff, un théologien brésilien et le grand Dalaï Lama


Retour à la liste des textes & poèmes LA MORT C'EST LA VIE QUI CONTINUE
Imprimer
La mort, c'est la vie qui continue

" La mort n'est rien,
je suis simplement passé dans la pièce d'à côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l'un pour l'autre,
Nous le sommes pour toujours.
Donne-moi le nom que tu m'as toujours donné.
Parle-moi comme tu l'as toujours fait.
N'emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été.
Sans emphase d'aucune sorte et sans trace d'ombre.
La vie signifie ce qu'elle a toujours signifié.
Elle reste ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'a pas été coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée,
parce que je suis simplement hors de ta vue ?
Je t'attends. Je ne suis pas loin.
Juste de l'autre côté du chemin.
Et en toi, si tu le veux bien ".

Charles Péguy